Inclusion financière à Madagascar

Ces usagers font l’objet d’une campagne de sensibilisation pour l’éducation financière.

Inclusion financière à Madagascar


Ces usagers font l’objet d’une campagne de sensibilisation pour l’éducation financière.


Il est prévu une campagne de sensibilisation pour l’éducation financière, dont un accent particulier sur la finance digitale, pour une couverture nationale. L’objectif est de concentrer les efforts sur la mise en place des politiques visant essentiellement à stimuler la participation de chaque citoyen à la croissance économique pour atteindre l’objectif national de développement à travers une croissance inclusive et durable.

Accès très limité aux services financiers

Faut-il rappeler que 41 % des adultes malgaches sont exclus des services financiers (avec un pourcentage équivalent pour les femmes), qu’il s’agisse de services formels ou informels, selon une enquête Finscope de 2016. Dans l’enquête 2017 du Forum économique mondiale sur l’opinion des dirigeants, l’accès aux financements figure en deuxième position parmi les facteurs contrariant la pratique des affaires sur la Grande Île (après l’instabilité politique). Dans le classement Doing Business 2018 de la Banque mondiale, Madagascar occupe la 133e place, sur 190 pays, pour l’obtention de prêts.

Un projet pour capitaliser les expériences acquises

Le Projet pour l’inclusion financière à Madagascar (PIFM) ciblera tout particulièrement les femmes et les entreprises féminines afin de réduire les inégalités d’accès aux financements. Les bénéficiaires directs de ce projet, et contribuables pourront, grâce à un compte bancaire dématérialisé, recevoir des versements de l’État et effectuer des paiements. Les clients des institutions de microfinance, notamment dans les zones rurales, seront également visés par le programme. Quant aux fournisseurs d’argent mobile, ils profiteront du développement de leurs services et de leurs réseaux d’agents. Le Projet permettra également de capitaliser les expériences acquises dans le cadre du Programme d’Appui aux Services Financiers (PASEF). Dans cette optique, des appels à manifestation d’intérêts concernant le PIMF ont été lancés en vue de la sélection d’une firme chargée de l’élaboration du manuel d’opérations, d’un cabinet en charge des campagnes de sensibilisation et éducation financière pour les bénéficiaires de la digitalisation de paiement des salaires et des bourses et d’un cabinet en charge de l’analyse des flux de paiements des administrations publiques et des grands employeurs .

Soutien financier de la Banque mondiale

La Banque mondiale a approuvé cette année un crédit de l’Association internationale de développement (IDA), d’un montant de 45 millions USD, pour promouvoir l’inclusion financière des particuliers. Grâce à ce soutien financier, Le nouveau projet favorisera également l’accès au crédit des micros, petites et moyennes entreprises grâce à un dispositif de garantie pour les banques et les institutions de microfinance et au déploiement d’innovations technologiques dans le domaine de la finance (Fintech). Enfin, le projet incitera les entreprises productives à solliciter des prêts par le biais de services d’aide aux entrepreneurs et le développement de succursales d’institutions de microfinance dans des régions mal desservies.

Source : http://www.mefb.gov.mg/page_personnalisee/index/news/323